Projets

ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

Le projet de création de micro-crédits met à disposition des plus pauvres, en particulier les femmes, des fonds à des taux d’intérêt abordables.

Cliquer sur l’image pour accéder à l’album et sur les menus bleus pour plus d’informations.

Le développement en milieu rural par les opérateurs économiques publics ou privés consiste à faire émerger, dans les campagnes des caisses d’épargnes et de crédits. Celles-ci, gérées par les populations rurales elles-mêmes, assurent un accès aux crédits. Ces Microstructures bancaires se sont multipliées à travers le pays et certaines communautés se sont appropriées le système de gestion et font des caisses rurales de véritables outils de développement.

Niamia, village central de notre programme, abrite une des caisses rurales les plus dynamiques: son champ d’action s’étend sur une centaine de villages; ses bénéfices personnels ont permis, à plusieurs reprises, de financer des fournitures scolaires, de contribuer pour 50% de la participation villageoise à la construction de l’école de Niamia et de son installation du système de pompage solaire.

Les conditions d’accès aux crédits de cette caisse rurale sont malheureusement peu favorables aux femmes. Seuls les hommes y ont accès et/ou peuvent se porter garants pour leurs épouses si elles sollicitent un prêt.
Pour ces raisons, ASVD a décidé d’accorder des crédits sous formes d’aide sociale, afin d’atteindre les plus pauvres. Pour donner une meilleure chance de réussite à ce projet, nous avons sélectionné des mutualités de femmes qui offrent les meilleurs taux de remboursement. 

Le projet que nous avons initié il y a trois ans sur l’initiative conjointe de 4 personnes (Mme Graziella, Andy Sundberg, Gene Schulman et Antandou Moïse Djeguimé), a pour but de mettre à la disposition des femmes, des fonds à des taux d’intérêt abordables.
A titre exceptionnel, nous avons également octroyé des prêts à 6 jeunes opérateurs économiques pour tester la faisabilité de l’extension du système sous le contrôle des femmes.

Les résultats au bout de 3 ans sont convaincants.

Les fonds alloués progressent et les remboursements sont réguliers. Cette croissance du capital initial a permis une croissance du nombre des bénéficiaires. Les profits générés en trois ans et la prise de conscience de leur appropriation par les femmes, démontre que celles-ci organisées au sein d’une structure collective, savent gérer et exploiter positivement des fonds dont elles sont responsables.

Depuis le début de ce projet, des micro-crédits ont été accordés à plus de 1’000 femmes des villages de Niamia, Doulé, Dian, Anakana, Twé, Drougou.

Exemples d’activités exercées par les femmes :
• embouche ovine
• petits commerces de détail
• productions artisanales traditionnelles (poterie, vannerie, tissage)
• transformations alimentaires.

Les hommes qui ont bénéficié de prêts sont plus souvent orientés vers :
• le commerce de bétail sur pied
• le commerce de céréales
• le transport en tout genre

Ces expériences concluantes, nous permettent d’envisager un programme d’octroi de crédits de plus grande envergure:
Répondre aux demandes de microfinance de 10’000 femmes dans le cercle de Bankass.
Financer trois groupements d’intérêt économique (GIE) : maraîchage, commerce de céréales, protection de l’environnement (sauvegarder la réserve du Sourou).